Blandine Pont, étudiante en DFASO1, 4e année, au sein de l’UFR d’Odontologie d’Université de Paris, partage son temps entre ses études en chirurgie dentaire et ses entrainements de judo au club de RSC Champigny. Ceinture noire de judo, Blandine a participé aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 en tant que partenaire.

Un partenaire est un espoir français qui est en binôme avec un athlète qui se présente à la compétition. L’objectif de cette démarche est double : familiariser la jeune génération d’athlètes français à l’organisation, la pression et la compétition que tout grand athlète ressent lorsqu’il se présente aux Jeux Olympiques ; et accompagner les athlètes lors de leurs compétitions, moments de stress et de doutes.

Université de Paris propose des emplois du temps adaptés pour les étudiants afin qu’ils puissent conjuguer études et sport de haut niveau.

Blandine Pont a accompagné Shirine Boukli, dans la catégorie des moins 48kg et Amandine Buchard dans la catégorie des moins de 52 kg. Entre découvertes d’une nouvelle culture, émotions fortes, compétitions et restrictions à cause de la situation sanitaire, Blandine nous partage quelques moments forts avec ses photos personnelles.

Départ au japon avec une partie de la délégation française de judo

J1- Départ au japon avec une partie de la délégation française de judo

Et le grand jour est (enfin) arrivé ! Le 12 juillet 2021, après plus d’un an d’attente, nous voilà sur le départ direction les Jeux Olympiques. Nous étions d’abord attendus à Himéji, ville située au sud d’Osaka, pour s’adapter au décalage horaire et s’entrainer dans de bonnes conditions avant le début des Jeux. Ici, je suis entourée de mes amis. Nous sommes tous très excités de pouvoir vivre cette incroyable expérience. Let’s Go !

 

Entrainements à Himéji au Budokan (Dojo local)

J3- Entrainements à Himéji au Budokan (Dojo local)

Après un long voyage, nous nous sommes installés à Himéji pour une durée de 7 jours. Deux étages de l’hôtel nous avaient été réservés afin que nous soyons isolés au vu de la situation sanitaire (COVID19). Nous ne pouvions donc pas sortir de l’hôtel librement, hormis pour les entrainements, où nous nous rendions avec un bus officiel. C’est durant ces 7 jours que l’équipe de France de judo s’est réellement rapprochée. Nous avons partagé beaucoup de moments ensemble, du fait de l’isolement. Cela nous a permis de nous souder, toujours dans une ambiance festive et détendue.
Sur la photo, mon sourire en dit long sur le bonheur ressenti à ce moment-là. J’étais très heureuse de m’entrainer au japon qui est le pays du judo, dans ce magnifique dojo, et entourée de mes amis.

 

Mes amis et moi lors d’un entraînement ouvert aux habitants d’Himéji . Nous avons reçus un accueil magnifique.

 

Invitation à un concert organisé par la ville d’Himéji.

J5- Invitation à un concert organisé par la ville d’Himéji.

Avant de partir pour Tokyo, nous avons eu la chance d’assister à un concert organisé par les habitants d’Himéji en notre honneur. Une magnifique chorale, aux couleurs du drapeau français, a entonné des chansons françaises. Nous avons été très reconnaissants et émus par l’accueil, plein d’enthousiasme et d’ondes positives, qui nous a été réservé.

 

Château d’Himéji que nous avons « visité » depuis le Bus officiel. Le plus grand château du Japon.

 

Départ pour Tokyo

21 juillet, départ pour Tokyo et le village olympique. Le grand départ est enfin arrivé ! Nous partons à la conquête de Tokyo. Le départ d’Himeji se fit en train, jusqu’à Tokyo, où, pour des raisons sanitaires, nous avons été escortés directement jusqu’au village.

Sur la photo, 3 de mes amies sont présentes. A gauche, Amandine Buchard (-52 kilos) dont j’étais la sparring partenaire et qui est aussi une grande amie. Plus tard, elle est devenue Vice-championne-Olympique. Au centre, clarisse Agbegnenou (-63 kilos) et sa partenaire Agathe Devitry sur nous. Quelques jours plus tard Clarisse sera championne Olympique. Nous étions toutes heureuses et excitées à l’idée de nous rendre enfin à Tokyo et de goûter peu à peu à l’ambiance olympique.

 

Tokyo et ses rues.

 

La découverte du village olympique et la préparation finale des JO

En arrivant au village olympique, j’ai découvert toutes ces constructions enfin en vrai. Chaque immeuble était aux couleurs de la délégation qu’il hébergeait. Il y avait du monde partout, et le temps était magnifique. Je me sentais extrêmement chanceuse de pouvoir y pénétrer. Accompagnée de mon ami Orlando Cazorla (partenaire des garçons), nous avons exploré le village olympique, un endroit exceptionnel, et nous avons pu en profiter jusqu’à la fin du voyage.

Les fameux anneaux olympiques avec en arrière-plan Tokyo et le « rainbow bridge ».

 

Voici une vue d’une toute petite partie du village olympique. A gauche l’Océan, en face Tokyo, et à droite les bâtiments et installations du village olympique (une toute petite partie).

 

L’allée des drapeaux du monde entier. Tous ces pays regroupés à un seul endroit pour partager des jeux, c’est fou !

 

Début de la compétition (24 juillet 2021)

Ma mission était donc d’accompagner au mieux 2 athlètes vers l’Or olympique. Shirine Boukli (-48kg) qui combattait le 24 juillet et Amandine Buchard (-52 kg) le 25 juillet.

Je les ai donc les accompagné dans leurs échauffements durant toute leur préparation et pendant la journée de compétition. Malheureusement, Shirine Boukli s’est inclinée dès le premier tour.

Pour Amandine, c’était un peu différent. Nous avons lié depuis des mois des liens d’amitié très forts, car en plus d’être sa partenaire pour les JO, nous étions partenaires de club de judo (RSCChampigny). Nous avons tout partagé pendant la préparation olympique, les bons moments comme les moins bons. Trois jours avant la compétition, sa coach m’a averti qu’Amandine était stressée et m’a demandé de venir dormir au village olympique (les partenaires y avaient accès mais dormaient à l’hôtel). Je suis donc allée acheter un matelas gonflable et me suis installée dans sa chambre. Mon seul objectif était de lui changer les idées, la faire rigoler, passer du temps avec elle afin qu’elle détende et qu’elle ne se focalise pas sur l’attente de la compétition.

Le matin de la compétition, toujours dans le calme, la bonne humeur et la sérénité, nous étions prêtes pour aller chercher l’or Olympique. Après une journée magnifique, Amandine s’est inclinée en finale face à la double championne du monde Abe Uta après un combat long et serré. J’étais tellement heureuse et fière, j’ai ressenti une immense joie et ce jour restera gravé à jamais dans ma tête.

La photo avec la belle médaille d’argent d’Amandine au lendemain de sa compétition.

 

Départ et au revoir

Après avoir rempli mon rôle de partenaire, il était temps pour moi de rentrer en France. Malheureusement à cause du Covid et de la restriction du nombre de personnes ayant accès à la compétition, je ne pouvais pas rester jusqu’à la fin des Jeux olympiques. Je suis donc rentrée le 27 juillet après avoir dit au revoir à tous mes amis et les avoir encouragés pour la suite. C’était un moment très émouvant. Mes sentiments étaient partagés entre tristesse de partir mais une immense joie et reconnaissance d’avoir pu faire partie de cette aventure.

Cette expérience m’aura permis de découvrir l’intérieur les jeux olympiques, de vivre des moments inoubliables, et de me donner un avant-gout de ce que pourrait être dans 3 ans mes Jeux olympiques : Paris 2024. En tout cas, je ferai tout mon possible pour que cela arrive.